• P1060088
  • P1050020
  • IMG_0155_v3
  • DSC_0794
  • DSC02479
  • IMG_0300
  • DSCN0603
  • DSC_0767
  • DSC02471
  • P1030657_v2
  • IMG_1424
  • P1030711
  • DSCN7086
  • DSC_0895
  • DSCN0613_2
  • DSC_0293_2
  • P1050835
  • _DSC1239v2
  • _DSC0969
  • _DSC1022
  • 20151104_100902
  • DSC_0547
  • DSC_0610
  • IMG_0613v2
  • IMG_0620
  • _DSC1031v2
  • DSC_0275v3
  • DSC_0738v5
  • _DSC1081_v4
  • DSC_0493_v2
  • full screen slider
  • _DSC1033_5
image carousel by WOWSlider.com v6.4

HISTOIRE DE GRIB

Grip, une prise, une attache. Une prise comme si nous avions une quelconque prise sur le vent (hi!hi!hi!) Une prise de ris, cette petite ou grande réduction de la surface de voilures que l’on peut prendre par grand vent (grand vent ha! ha! ha!) Une prise de courant qui nous tiendrait de manière fiable au courant des changements de la météo (fiable ho! ho!ho! Arrêtez je n’en peu plus.) Une attache, comme celle que l’on aimerait faire au premier bateau venu qui dépasserait les 5 nœuds. Et bien que neni ! Le “grip” dont on vous parle s’écrit avec un “b”à la fin, “grib” et pas avec un “p”.
Le grib est en fait une information fournie toutes les six heures par un organisme météo international et qui transposé sur un programme cartographique, en ce qui nous concerne, appelé Weather4D ,plein de jolies couleurs correspondant aux différentes forces des vents, sur une zone géographique déterminée.
Le responsable grib pour notre Transat est Renaud, je devrais plutôt dire, était Renaud, pas qu’il est tombé à l’eau ou que l’on l’ai jeté par dessus bord mais parce que nous aussi nous voulions jouer avec les petits bateaux bleus, rouges, jaunes ou noirs du programme Weather 4D sur la jolie carte colorée.
Au début du voyage, seul notre grand prophète du vent, comme je l’ai dit précédemment, Renaud, nous communiquait les gribs météo une fois tous les deux jours et plein d’entrain et de bonne humeur, nous suivions sans hésiter le routage établi par le programme. Quelques dégâts, arrêts et réparations plus tard, et après avoir perdu deux membres d’équipage, nous décidons de prendre la route Nord car les gribs nous montrent que le vent est au Nord.
Renaud: – “Moussaillon, le vent est là, droit devant, direction les Bahamas”
Mais après avoir jouer avec ses petits bateaux multicolores et quelques micro-siestes* plus tard, Renaud nous crie:
– Que neni moussaillon, le Dieu grib annonce une tempête avec des vents à 50 nœuds dans le Nord nous devrions prendre plein Sud pour contourner la dépression.
Ok, nous prenons plein Sud.
Quelques gribs plus tard, naviguant sur la route Sud, Renaud se replonge dans son programme et rejoue entre d’autres micro-sieste*, avec ses petits bateaux, “Houla!” S’exclame-t-il, il y a de la pétole qui s’annonce sur la route Sud, c’est tout bleu. Quand il nous dit, “c’est tout bleu”, ce n’est pas comme si il nous disait, “il fait beau, le ciel est bleu” mais que sur sa carte Weather4D, ses petit bateaux se retrouvent entourés d’une menaçante zone bleu, comme le Schtroumpf noir au milieu du village des Schtroumpfs. Il est donc temps que grand Schtroumpf Eric et Schtroumpf à lunettes se choisissent également un bateau de couleur pour jouer avec Renaud.
Et voilà, ce qui devait arrivé arriva, chacun y va de sa petite route, il faut savoir qu’entre temps nous sommes passé de un grib par jour à trois par jour et qu’en plus d’être différents toutes les 6 heures, les gribs reçoivent maintenant les interprétations de trois personnes différentes (Stéphan, ça fait combien de routes possibles selon tes calculs?)
Entre temps, la dépression qui nous a fait quitter la route Nord a disparue aussi soudainement qu’elle était apparue alors que les zones bleues se déplaçaient de gauche à droite et de bas en haut, ou l’inverse selon l’heure à laquelle nous recevions les nouveaux gribs, en tout les cas toujours là où nous étions ou là où nous allions.
Quelques semaines plus tard, le Schtroumpf cuisinier Bernard et le Schtroumpf champignon (je sais qu’il n’existe pas mais c’était la description la plus simple pour Yannick) se mettent également à jouer avec leurs bateaux multicolores respectifs, le jeu se complique.
Les routes se superposent, on prend des gribs quatre fois par jour, on en débat au lever, au déjeuner, l’iPad en porte encore les marques de confiture, au dîner, heureusement que l’iPad est dans une coque étanche, au goûter, merci Yannick pour la mousse au chocolat, à l’apéritif, Steph, ce sera pour Merdemitton ton pain d’épice grillé au pâté, au souper et même la nuit pendant les micro-siestes* de Renaud, le vent, il est là, je l’absorbe.
Malgré tout le sérieux et le professionnalisme que nous y mettons, et vas-y que je t’échange une polaire contre une grande voile et moi je revends mon moteur et j’achète un spi asymétrique et Yannick de surenchérir, moi je mets le génois et le spi en ciseaux. Rien n’a donc été laissé au hasard, sauf peut-être du côté du centre météo international ou ayant perdu la cible de leur vogel pick, ils lancent leur fléchette sur la carte de l’océan Atlantique tachant d’atteindre le petit bateau blanc dénommé Blue Cocktail, perdu au centre de l’océan avec 5 Schtroumpfs à bord partis à la recherche du vent à 15 Schtroumpfs.

* micro-sieste : méthode de repos créée et breveté par Renaud Olmechette consistant à prendre de petites périodes de repos à n’importe quel moment de la journée.

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *